Croyances autour du sel :

Dès le début des civilisations, le sel est perçu comme une substance mystérieuse et surnaturelle. Au cours du temps, il a été noté que le sel avait des bienfaits pour les maladies de peaux. Au Moyen-Age, il était utilisé par exemple pour soigner les brûlures, les piqûres, et les diverses blessures et pour faire des emplâtres. C'était une sorte de médicament, on faisait des cataplasmes d'orties salées pour guérir les entorses. Il était utilisé pour détendre les pieds enflés mais aussi comme vomitif pour soulager les embarras gastriques. Peu à peu ses usages se sont diversifiés et on le retrouve plus tard dans la blanchisserie, l'agriculture, la médecine,...      

Dans l'Antiquité, lorsqu'un hôte accueillait un étranger, il lui offrait sur le seuil de sa demeure un morceau de pain et une pincée de sel en signe de bienvenue. Partager le sel et le pain avec quelqu'un était un signe d'amitié et de confiance.

On raconte également que dans les campagnes, lorsque le coq chante, cela signalait le passage des diables dans le ciel et pour les faire partir, il fallait jeter aussitôt une poignée de sel dans la cheminée.

Il était de coutume de jeter du sel pour écarter les maladies, pour éloigner l'orage et pour bénir les troupeaux. Il a également des vertues de conservation pour les aliments, car il absorbe l'eau contenue dans ces derniers et en les desséchant ils éliminent les microbes. Il est en effet, très utilisé dans les pays nordiques pour conserver le poisson. C'est également grâce à lui, que les gâteaux et le pain gonflent. En hiver, il fait fondre la neige. Il rend la vaisselle brillante et il empêche les tissus de déteindre.

En Egypte, on lui attribua des pouvoirs maléfiques. Au temps des pharaons, les assaillants répandaient du sel autour des places assiégées dans le but d'attirer le sort. Il était jeté aussi sur les ruines des cités vaincues pour signifier leur disparition. Les égyptiens l'utilisaient aussi dans le rituel de la momification.

En Franche-Comté, il était de coutume que les mamans aillent présenter leur nouveau-né à leurs voisines. Celles-ci offraient à l'enfant un oeuf symbole de la santé, un cornet de sel symbole de la sagesse. Cette coutume portait le nom de "Cueillette de chance".

On prêta longtemps au sel des vertus divinatoires. Le soir de Noël avant de se rendre à la messe de minuit, les montagnons du Jura disposaient bien en ordre sur la table de la cuisine douze demies-parts d'oignons     saupoudréees d'une pincée de sel. Le lendemain, les portions sur lesquelles le sel avait fondu indiquait les     mois et les années ou le temps serait pluvieux.

En Bresse, à la nuit de la Saint-Jean, les jeunes filles jetaient une pincée de sel dans le brasier. Si le feu se mettait à crépiter cela signifiait qu'elles devaient trouver un mari dans l'année.

Les soirs d'orage, il fallait allumer un grand feu dans la cheminée et y jeter du sel afin de conjurer la foudre. Au XVIII siècle en Franche-Comté, les adeptes de la magie noire ne transperçaient pas seulement des poupées de cire avec des aiguilles en prononçant le nom de celui auquel ils voulaient nuire, ils allaient aussi   placer durant la nuit des fagots d'épines saupoudrés de sel devant la porte des maisons de leur victimes...    

Sources : http://perso.orange.fr/echel/essai_presentation/croyance.html

saline1